Août 212018
 
Vendredi 12 octobre à 18:30 – 21:30 / 20 Grande Rue Nazareth, 31000 Toulouse, France
Dans le cadre du 10e Festival Toulouse Polars du Sud, l’Italie à Toulouse a l’honneur de recevoir Mimmo Gangemi.
Il nous parlera de son oeuvre et plus particulièrement de son roman en lice pour le Prix Violeta Negra:
« La vérité du petit juge », ( traduit par Christophe Mileschi, Editions du Seuil – 2017) / « La verità del giudice meschino » (Garzanti Libri)


Un verre de Prosecco « TREVISO BRUT MARSURET « vous sera offert en fin de soirée

ℹ️ Renseignements et réservation obligatoire :
☎️ 05 61 99 68 82 – 📧 litalieatoulouse@orange.fr

Né à Santa Cristina d’Aspromonte en 1950, Mimmo Gangemi est ingénieur. Il a commencé à écrire sous l’impulsion de son ami Giancarlo De Cataldo. Il vit à Palmi, dans la province de Reggio Calabria, et collabore à La Stampa. La critique italienne l’a surnommé « le Sciascia de l’Aspromonte. »

Résumé »:
« Le corps de Marco Morello, fils d’un caïd de la ’Ndrangheta, vient d’être découvert « ligoté comme un capocollo, la tête en bas » dans une fosse, en plein maquis. En clair, saucissonné avec du fil de fer et pendu par les pieds : que signifie cette mise en scène troublante ? Tout désigne une vendetta entre familles rivales. Et personne ne voulant perdre de temps avec ces gens-là, on confie l’enquête au « petit juge » Alberto Lenzi, sa réputation de flemmard le destinant aux cas sans intérêt ni relief. Or malgré les apparences, Lenzi est consciencieux, intuitif et têtu. Peu convaincu par la piste mafieuse, il s’adresse à don Mico Rota, le vieux « parrain » roublard qui règne sur la région et sait tout sur tout. Conforté dans son hypothèse, Lenzi n’est cependant pas plus avancé. Et moins encore lorsqu’un deuxième meurtre change la donne : celui d’un flic, soupçonné de longue date de corruption et de collusion avec le crime organisé. La ’Ndrangheta serait-elle dans le coup, finalement ?

 

Août 212018
 

Jeudi 11 Octobre / 14:30 – 16:30 / 35 ter rue Gabriel Peri

Dans le cadre du 10e Festival Toulouse Polars du Sud, nos élèves et adhérents auront le privilège de rencontrer l’écrivain Valerio Varesi, auteur de polar reconnu en Italie!
Lors du dernier Festival, Valerio Varesi a remporté le Prix Violeta Negra 2017 pour son roman « Le Fleuve des Brumes », traduit de l’italien par Sarah Amrani et paru chez Agullo Editions en 2016

ℹ️ ENTREE LIBRE /ADHESION OBLIGATOIRE
Renseignements :
☎️ 05 61 99 68 82 – 📧 litalieatoulouse@orange.fr

[Né de parents parmesans, Valério Varesi est diplômé en philosophie de l’Université de Bologne après une thèse sur Kierkegaard. Il devient journaliste en 1985, collabore à plusieurs journaux et est actuellement rédacteur de « Repubblica » à Bologne.
Il publie « Ultime notizie di una fuga », son premier roman, en 1998.
Il est l’auteur de onze romans au héros récurrent, dont « Le fleuve des brumes » nominé au prestigieux prix littéraire italien Strega ainsi qu’au Gold Dagger Award en Grande Bretagne.
Les enquêtes du commissaire Soneri, amateur de bonne chère et de bons vins parmesans, sont traduites en huit langues.
Quatre de ses romans, dont Le Fleuve des brumes, ont été adaptés pour la série télévisée italienne Nebbie e delitti.
Ses romans d’une écriture à la fois poétique et précise nous entraînent dans l’Italie du nord et nous permettent d’appréhender certains aspects de l’histoire de ce pays.]

 

Août 212018
 

Samedi 12 Janvier 2019 à 18:00 / Librairie Ombres Blanches / 3 Rue Mirepoix, 31000 Toulouse

Dans le cadre de nos Rencontres: « UNA TAZZA DI CULTURA, FRA LIBRI E CAFFÈ », l’auteur Luigi Mollo, né à Naples mais toulousain d’adoption, nous présentera son oeuvre « MARIPOSA » à la Librairie Ombres Blanches – Langues étrangères –
« Mariposa » est un navire construit en 1953 puis devenu navire de croisière. Un souvenir ancien mais encore bien présent et qui est la clé pour comprendre ce recueil de nouvelles et poésies. L’auteur y raconte la vie, ses joies et ses détresses, avec nostalgie, profondeur et sincérité…

ℹ️ ENTREE LIBRE et réservation obligatoire:
☎️ 05 61 99 68 82 – 📧 litalieatoulouse@orange.fr

« Mariposa » Luigi Mollo, Turisa Editrice – Collana: « Un’ala nel silenzio » – 2018

➡️ https://www.turisaeditrice.it/prodotto/mariposa/

 

 

Août 212018
 

Le Vendredi 5 octobre / 18:30/ 5 Rue Paul Mériel, 31000 Toulouse

Cristina Noacco nous présente sa dernière oeuvre: « Lo zaino blu ».
L’écrivaine lira quelques extraits qui seront accompagnés d’une présentation audiovisuelle.

[ « Lo zaino blu » ( ‘Le sac à dos bleu’), est le personnage témoin d’un parcours introspectif. Le superflu qu’il a transporté maintes fois, devient l’emblème du superflu qui nous habite. Au-delà de tout objectif, conscient ou inconscient, l’errance épisodique ou prolongée en montagne a un seul aboutissement : l’introspection.]

Un verre de Prosecco « TREVISO BRUT MARSURET « vous sera offert en fin de soirée

ℹ️ ENTREE LIBRE, réservation obligatoire :
☎️ 05 61 99 68 82 – 📧 litalieatoulouse@orange.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Née à Udine, en Italie, en 1971, Cristina Noacco a grandi dans un village de campagne, Cortale di Reana del Rojale, au pied des Préalpes juliennes. La proximité du paysage alpin lui a fait vite entendre l’appel des cimes et de la nature en plein air, ce qui l’a amenée à consacrer, depuis son adolescence, toutes ses vacances à la montagne.
Une passion parallèle pour la littérature a poussé Cristina Noacco vers des études supérieures humanistes à Trieste, où elle a obtenu son diplôme en 1996. Dès la même année, ayant eu l’occasion de participer à un congrès international de littérature médiévale, elle a accepté une invitation à poursuivre ses études à Toulouse. Depuis 2002, Cristina Noacco s’est consacrée à l’enseignement et à l’étude de la littérature en langue d’oïl des XIIe et XIIIe siècles. Elle a traduit en italien la nouvelle courtoise Pyrame et Thisbée, a publié un ouvrage sur La Métamorphose dans la littérature française des XIIe et XIIIe siècles (Presses universitaires de Rennes, 2008), ainsi que de nombreux articles sur l’idéologie courtoise et l’œuvre de Chrétien de Troyes, a codirigé plusieurs livres collectifs sur la mythologie, la métamorphose et la figure du maître. Ayant à cœur sa fonction de divulgation du savoir, elle aime donner des conférences ouvertes au grand public, animer des débats culturels et participer à des émissions radiophoniques, aussi bien en France (France Culture, Radio Mon Païs) qu’en Italie (Radio Onde Furlane).

Cristina Noacco partage son temps entre son métier d’enseignante-chercheuse et son désir d’expression personnelle à travers l’écriture, la photographie et le dessin. Dans ce domaine, elle a publié un recueil poétique sur son parcours, doublé d’une version illustrée en couleurs.

Mai 242018
 

Sur ARTE: vendredi 25 mai à 16h30 et en replay 24 juillet!

« Il a treize ans. Il est Italien, mais Napolitain avant tout.
Il habite Montedidio, un quartier populaire de Naples. Il vient de quitter l’école pour travailler. Ses parents lui ont permis d’aller à l’école jusqu’en neuvième, alors que beaucoup de ses camarades l’ont quittée après la septième. Ils voulaient qu’il apprenne l’Italien, pour connaître et s’ouvrir au monde.
C’est important de s’ouvrir au monde, même si Naples est un monde à elle toute seule avec ses habitants, ses cris, ses interpellations, ses odeurs de mer, de pêche, de cuisine et de linge qui sèche au vent, tout là-haut sur les hauteurs de Montedidio. »

Avr 122018
 

Andrea Genovese, poète, romancier, dramaturge, critique d’art et de littérature, présentera son roman Dans l’utérus du volcan, publié aux Éditions Maurice Nadeau – Les Lettres Nouvelles – 2018 –

Jeudi 26 avril à 18h30

A’ la Librairie Floury Frères – 36 rue de la Colombette – Toulouse

Intervenants:

Pascal Papini, directeur du Conservatoire d’Art Dramatique et du Théâtre Julien
Christian Saint Paul, poète, animateur littéraire de Radio Occitania
François Pic, Université Toulouse – Jean Jaurès

« Dans l’utérus du volcan«
La Sicile est une terre de passions où les sens, tous les sens, sont sollicités. Vanni, écrivain et poète sicilien installé à Lyon depuis longtemps, de retour dans sa terre natale pour une courte période, se trouve soudainement plongé dans ce tourbillon de contrastes, de paradoxes, d’excès. On l’a appelé à Messina pour la cérémonie de remise du « Prix de la poésie chrétienne » qu’il vient de gagner, sans vraiment en comprendre la raison.

Un prix littéraire conçu par Lorenzo Ferrella, un notable de la ville, en honneur de son père Gaetano qui gribouillait des vers pendant son temps libre.

L’adjectif chrétien assume dans ce contexte un sens tout sicilien car si le gagnant n’est pas vraiment un champion de chrétienté, Lorenzo, personnage puissant dans le milieu politique local, se permet plusieurs entorses aux diktats évangéliques, que ce soit pour ses mœurs sexuelles peu « catholiques » que pour sa conduite dans la gestion du pouvoir.

Vanni débarque à Messina avec sa femme Louise, une Lyonnaise qui traîne vraisemblablement quelques petits malentendus sur cette île aux contrastes acérés. Si le couple bat de l’aile, la rencontre avec Lillina, journaliste ainsi que maîtresse de Lorenzo tout juste « remerciée », ne va pas arranger les choses. Lillina est une fille superbe qui transpire sensualité et érotisme. La rencontre entre les deux jeunes femmes prend de l’épaisseur jusqu’à assumer les traits, en quelque sorte, d’une confrontation culturelle en matière d’amour : L’érotisme naturel et passionnel des « Siciliennes » face à une conception de l’amour plus raffiné et cérébrale incarnée par la Française.

Andrea Genovese, poète, romancier, dramaturge de Messine, qui vit en France depuis plusieurs années, signe avec Dans l’utérus du volcan son premier roman écrit directement en langue française. Cela n’ôte aucun plaisir à sa prose. En savourant le roman, le lecteur ressent bien la jouissance de l’auteur à jouer avec les mots et la syntaxe de sa deuxième langue. Une très belle découverte pour moi, qui ne connaissais Andrea Genovese que pour son Belvedere, très intéressant magazine de culture littéraire et politique en ligne. Je le reçois depuis plusieurs années dans ma boîte email et je vous invite chaudement à vous y abonner. »]

De Stefano Palombari / L’Italie à Paris

Mar 162018
 

Toulouse Polars du Sud a sélectionné six auteurs pour le prix littéraire Violeta Negra 2018 du roman noir ou policier traduit d’une langue du Sud ‼

Parmi eux, deux auteurs italiens :

Mimmo Gangemi avec ‘La vérité du petit juge‘, (Editions du Seuil), traduit de l’italien par ChristopheMileschi – La verità del giudice meschino » Garzanti – 2015)

Antonio Manzini avec ‘Maudit printemps‘ ( Éditions Denoël), traduit de l’italien par Samuel Sfez –
(« Non è stagione », Sellerio – 2015)

Mimmo Gangemi, né à Santa Cristina d’Aspromonte en 1950, est ingénieur. Il a commencé à écrire sous l’impulsion de son ami Giancarlo De Cataldo. Il vit à Palmi, dans la province de Reggio Calabria, et collabore à La Stampa. La critique italienne l’a surnommé « le Sciascia de l’Aspromonte.«

Antonio Manzini, né le 7 août 1964 à Rome, est un acteur, un réalisateur, un scénariste et un écrivain italien. Comme auteur de roman policier, il est notamment connu pour sa série de romans consacrés au commissaire Rocco Schiavone.

RDV samedi 13 octobre lors de la 10e édition de Toulouse Polars du Sud.

 

 

 

Fév 132018
 

paru aux Editions Robert Laffont.
La rencontre est co-organisée avec RADICI – Revue d’actualité, culture et langue italiennes et sera animée par l’éditeur et journaliste Rocco Femia
Librairie Ombres Blanches – Vendredi 23 février de 18h à 20h

Entrée à la librairie gratuite / Attention places limitées.

Eric Valmir est chef du service reportages de France Inter, spécialiste (et amoureux) de l’Italie.
« Pêcheurs d’hommes » est son troisième roman après « Toute une nuit » et « Magari », publiés chez Robert Laffont. Il sera avec nous et répondra à nos questions

Mais il y a plus!!

À cette occasion, et en hommage à Lampedusa et la Sicile où se passe l’action du roman de Valmir, il y aura aussi un quatuor d’exception : Simona Rossella Boni, Cinzia Minotti, Chiara Scarpone accompagnées par Giuseppe Ponzo. Le groupe vocal et musical nous proposera, en guise d’avant gout, deux chants dont un en sicilien, issus d’une nouvelle création que bientôt ils proposerons au public français.
Un moment à ne pas rater pour aucune raison.

L’image contient peut-être : 5 personnes, personnes souriantes, personnes debout et intérieur

 

Fév 092018
 

Traduit de l’italien par Myriem Bouzaker

Nous sommes en 2020 et une mystérieuse maladie a emporté tous les adultes. Les enfants sont livrés à eux-mêmes et, pour trouver de la nourriture, certains semblent prêts à tout. Dans ce monde sans foi ni loi, Anna, 13 ans, se cache. Elle veille sur son petit frère de 4 ans, tient à le protéger et n’a rien oublié des conseils que lui a prodigués sa mère avant de mourir…

CLIQUEZ ICI: « ANNA »