Fév 072020
 

Vendredi 28 Février 15h/16h30 – Rue Gabriel Péri / RESERVATION OBLIGATOIRE

Les textes proposés

il racconto di Leonardo Sciascia (1921- 1989) «Il lungo viaggio» tratto dalla sua raccolta « Il mare colore del vino »

Leonardo Sciascia (1921-1989) nasce a Racalmuto, in provincia di Agrigento, da una famiglia della borghesia siciliana. Intellettuale di grande impegno politico e civile, negli anni Settanta fu anche deputato del parlamento nazionale ed europeo. Nelle sue opere (saggi, romanzi, articoli giornalistici) egli denuncia i mali della sua terra natale, visti spesso come un sintomo del più vasto degrado sociale e morale di tutta l’Italia.

Nella raccolta di racconti « Il mare colore del vino » (1973), tratta alcune piaghe sociali del Sud dell’Italia, tra cui il grave problema dell’emigrazione clandestina

Nel racconto, « Il lungo viaggio » , Sciascia scrive della terribile beffa di cui sono vittime alcuni poveri contadinisiciliani che, all’inizio del Novecento, vorrebbero emigrare in America per sfuggire a una vita di stenti e miseria.
Dopo aver preso accordi con un losco individuo, il signor Melfa, e avergli pagato un’ingente somma di denaro, gli emigranti si ritrovano di notte, pieni di paura ma anche di speranza, su una spiaggia vicino a Gela, e si imbarcano sulla nave che dovrebbe portarli a New York. Dopo un lungo e difficile viaggio, durato undici notti, Melfa li fa sbarcare. Ma i loro sogni di ricchezza e benesseresaranno atrocemente delusi: una brutta sorpresa li aspetta…

 

un estratto dal romanzo di Francesca Barra (1978 ) « Il mare nasconde le stelle ».

Francesca Barra (Policoro (Basilicata), 24 settembre 1978) è una giornalista, scrittrice, conduttrice televisiva, conduttrice radiofonica ed ex-politica italiana

Mi chiamo Remon. Avevo quattordici anni quando sono arrivato in Italia a bordo di un barcone dall’Egitto.
Da solo. Il mio viaggio in mare è iniziato il 6 luglio 2013, è durato centosessanta ore.
E preferirei morire pur di non dover più compiere quel viaggio.

Il sogno di Remon è cercare la libertà. Ma è solo un ragazzo di quattordici anni e da giorni è su una barca, infreddolito e affamato. Il mare è una distesa infinita davanti a lui. Il rumore della paura è assordante in quel silenzio. Eppure Remon non si sente solo. Guarda il cielo e affida i suoi sogni alle stelle. Non sa dove è diretto. Sa bene da cosa sta fuggendo. Dal suo paese, l’Egitto. Dall’odio e dalla intolleranza che hanno cambiato la sua vita all’improvviso. Perché Remon è cristiano e non è più libero di giocare per le strade, di andare a scuola, di pregare Dio. È stato costretto a scappare senza dire addio alla sua famiglia. Nei suoi occhi, troppo giovani per aver visto già tanto dolore, rivede i momenti felici con loro: gli abbracci di sua madre, le chiacchiere con suo padre, le risate con suo fratello. Tutto ora appare così lontano. Ora che il suo viaggio è finito e una terra sconosciuta lo accoglie: l’Italia. Remon non si aspetta più nulla dal futuro. Eppure i miracoli possono accadere. Perché basta poco per sentirsi di nuovo a casa. Basta l’affetto di amici inaspettati. Basta l’appoggio di insegnanti che credono in te. Basta l’impegno e la passione per lo studio. Remon giorno dopo giorno ritrova la speranza e il coraggio di sorridere ancora. Senza dimenticare il passato. Senza dimenticare da dove viene. Ma forte di una nuova scoperta: a volte anche dal mare si può volare.

Jan 302020
 

un roman qui met en scène une petite famille napolitaine napolitaine échouée dans la société française.

À la manière d’Ettore Scola et Federico Fellini, poussant le burlesque aux limites de l’absurde, Catarina Viti nous entraîne page après page dans une fresque familiale extravagante, débordante d’énergie et de rage de vivre.

DOSSIER

 

Jan 162020
 

Rencontre organisée à la Librairie OMBRES BMANCHES avec le soutien des Association franco Italiennes l’Italie à Toulouse & Machiavelli

Bertrand SCHEFER est né en 1972. Philosophe de formation, il s’est d’abord consacré à la redécouverte et de textes fondateurs de la Renaissance italienne, avant achever la première traduction française du Zibaldone de Giacomo Leopardi, en 2003 (éditions Allia), traduction présentée et annotée par ses soins.
Scénariste et acteur, il a coréalisé avec Valérie Mréjen son premier long métrage, En ville (2011). Écrivain, il est l’auteur de plusieurs romans, dont Martin et Série noire (2016 et 2018, P.O.L.).

ZIBALDONE: Volume de plus de 2 000 pages rassemblant les fragments du manuscrit du poète italien Giacomo Leopardi, publié aux éditions Allia.

Ce journal, Leopardi ne le quittait jamais, y consignant toutes ses réflexions. La diversité des sujets abordés est saisissante, que ce soit en matière de littérature, de politique, d’histoire, de religion ou encore de philologie. Mais Leopardi nous entretient aussi des effets du tabac, des moeurs des Patagons, des vertus de l’odorat ou encore de Copernic. De Platon à Rousseau, en passant par Dante, la liste des auteurs que cet esprit fertile et tourmenté analyse est vertigineuse. Cet immense réservoir d’idées fondamentales, auquel Nietzsche a rendu hommage, nous happe dans les méandres d’une pensée aussi labyrinthique que prodigieuse par sa force d’intuition et la modernité de son projet et de son enjeu. Il donne l’occasion inouïe de pénétrer dans le laboratoire de l’oeuvre qui advient.

 

 

Nov 212019
 

Jeudi 21 novembre, à la librairie Terra Nova (18 rue Léon Gambetta, 31 000 Toulouse) à 19h.

 

Alberto Prunetti présentera son ouvrage Amianto. Une histoire ouvrière.

Alberto Prunetti raconte l’histoire de son père, Renato, né en 1945 à Livourne. Soudeur dans les raffineries et les aciéries italiennes depuis l’âge de quatorze ans, Renato s’empoisonne lentement au travail. En contrepoint de ce récit tragique, l’auteur rapporte ses souvenirs d’enfance, entre parties de foot et bagarres, et décrit une époque, sa musique, ses dialectes, ses grands événements sportifs – dans cette Toscane ouvrière où les années 1970 furent une décennie de luttes sociales, avant que les restructurations des années 1980 n’y mettent bon ordre.

 

Avr 022019
 

OMBRES BLANCHES le Mercredi 24 avril de 18H00 à 20H00 :Rencontre avec VALERIO VARESI autour de son roman « LES MAINS VIDES », qui vient de paraître aux éditions Agullo. Avec le soutien de Toulouse Polars du Sud

Valerio Varesi est né à Turin le 8 août 1959 de parents parmesans. Diplômé en philosophie de l’Université de Bologne après une thèse sur Kierkegaard, il devient journaliste en 1985. Il est l’auteur de 11 romans au héros récurrent, dont Le Fleuve des brumes (Agullo, 2016) nominé au prestigieux prix littéraire italien Strega ainsi qu’au Gold Dagger Award en Grande Bretagne. Les enquêtes du commissaire Soneri, amateur de bonne chère et de bons vins parmesans, sont traduites en huit langues. Parmi ses parutions récentes aux éditions Agullo : La pension de la via Saffi (2017) et Les ombres de Montelupo (2018).

Avr 022019
 

– OMBRES BLANCHES le 17 Avril: Rencontre avec Danièle Robert, traductrice de La Divine Comédie. « PURGATOIRE » de Dante Alighieri, récemment parue aux éditions Actes Sud.

Rencontre animée par Muriel Gallot, et organisée avec le concours de la Dante Alighieri, Comité de Toulouse.

Danièle Robert est écrivain (Les Chants de l’aube de Lady Day, Le Foulard d’Orphée, aux éditions Le temps qu’il fait), critique et traductrice (latin, italien et italien médiéval, anglais). Elle a – dans le domaine de la poésie – traduit, préfacé et annoté aux éditions vagabonde La Pensée prise au piège de Michele Tortorici, Rime de Guido Cavalcanti (prix Nelly-Sachs 2012) et, aux éditions Actes Sud, les œuvres de Catulle, Ovide ainsi que les 2 premiers volets de La Divine Comédie : Enfer en 2016 et Purgatoire en 2018. Elle achève actuellement la traduction et l’édition critique de Paradis. Danièle Robert est également directrice de la collection de littérature italienne « Stilnovo » au sein des éditions Chemin de ronde.

 

Mar 212019
 

d’Emmanuelle MOURAREAU – Éditions du Pétrin

Saviez-vous que « Barbagliata », en plus de baptiser la boisson chocolatée milanaise, fut le nom du plus grand impresario que le XIXe siècle ait donné à l’opéra? Qu’au XVe siècle, l’économie de la « baccalà » jeta les fondements du capitalisme? Que Cavour s’abreuva de « bicerin » en planchant sur l’unité politique du pays? Et qu’au XIXe siècle encore, la culture de la « bergamote » fit de Reggio Calabria la Manchester du Sud? Saviez-vous que les « cantucci » doivent leur notoriété à l’Exposition universelle de Paris de 1867? Que le « caviar de Venise » doit la sienne à la communauté juive de Ferrare? Et qu’à Crémone, la « mostarda » fait sérieusement de l’ombre à Stradivarius?
Avec ses cinquante entrées, le Dictionnaire délicieux de l’Italie vous régalera d’anecdotes, de légendes et de vérités gourmandes. Vous n’êtes pas au bout de vos surprises!

Anecdotes truculentes, informations savoureuses, historiques, culturelles sur des ingrédients dont l’origine, l’usage et la transformation étonnent, surprennent et intriguent.

« Le Dictionnaire délicieux de L’Italie » a été électionné pour:
– le Prix Littéraire francophone « Ziryab » 2019
– par RADICI – Revue d’actualité, culture et langue italienne,
– le Prix Rungis des Gourmets.
– le prix Eugénie Brazier 2019.
– Coup de Cœur de la FNAC (France),